• Le paysage entourant Cambridge Bay, où l’entomologiste Elyssa Cameron mène sa recherche sur les arthropodes de l’Arctique

    Le paysage entourant Cambridge Bay, où l’entomologiste Elyssa Cameron mène sa recherche sur les arthropodes de l’Arctique (Avec l’aimable autorisation d’Elyssa Cameron​​)

  • Voici l’un des bols installés par Cameron pour capturer les insectes et les araignées, visant le comptage et l’identification

    Voici l’un des bols installés par Cameron pour capturer les insectes et les araignées, visant le comptage et l’identification. (Avec l’aimable autorisation d’Elyssa Cameron​​)

Les animaux les plus emblématiques du Nord, comme l’ours polaire, le caribou et le harfang des neiges, ne pourraient survivre sans les créatures les plus petites et les moins connues de la région. Même si nous en avons une compréhension limitée, les insectes et les araignées (arthropodes) sont extrêmement importants, explique Elyssa Cameron, entomologiste de l’Arctique.

« Ils sont pollinisateurs, carnivores, herbivores et décomposeurs », dit-elle. « Grâce à eux, l’écosystème continue à produire et à recycler les nutriments nécessaires aux plantes et aux animaux de l’Arctique. » Toutefois, nous ignorons même des choses toutes simples sur eux, comme où et quand trouver des espèces spécifiques.

Cameron, nouvelle titulaire d’une maîtrise de l’Université McGill, contribue à combler les lacunes. Elle participe aussi à la mise sur pied d’un programme de surveillance à long terme des arthropodes qui rehaussera notre compréhension des effets des changements climatiques sur l’environnement arctique.

Dans le cadre de sa maîtrise et d’une étude de Savoir polaire Canada, Cameron a recueilli des arthropodes à Cambridge Bay (Nunavut). Comme piège de prédilection, elle s’est servie de bols jaunes placés dans la terre – d’apparence inoffensive, ils constituent une attraction fatale pour les insectes volants.

« En un été », dit-elle, « j’en ai recueillis plus de 80 000 – araignées, acariens, collemboles, mouches, papillons de nuit, abeilles, guêpes, scarabées – quasiment tout ce qu’on peut trouver dans le Nord. »

Cameron a identifié chaque individu et son rôle dans l’écosystème – pollinisateur, décomposeur, carnivore, etc. Ces données sont essentielles, car peu importe le lieu géographique, les arthropodes de l’Arctique exécutent les mêmes fonctions et peuvent souvent vivre dans des habitats similaires. Les habitats des arthropodes peuvent être très petits, que quelques mètres carrés parfois, et il est possible d’extrapoler les données d’habitats représentatifs pour brosser un portrait général de l’écosystème. « Nous avons appris que les arthropodes sont très particuliers quant à la nature de leur habitat », dit Cameron. « Un habitat humide comptera une proportion plus grande de décomposeurs qu’un habitat sec et aura une structure de réseau alimentaire différente, même si seulement dix mètres les séparent. Qui plus est, les arthropodes en début de saison sont différents de ceux en fin de saison : d’autres espèces les ont remplacés. Pour obtenir une image très claire de la communauté d’arthropodes, il faut recueillir des échantillons tout au long de la saison. »

Les recherches de Cameron contribuent à l’élaboration d’une méthode solide et précise de surveillance des arthropodes dans l’Arctique. Cet été, elle retournera à Cambridge Bay pour préparer les sites de surveillance pour la saison et des étudiants du Nord travaillant pour Savoir polaire Canada s’occuperont de l’échantillonnage.

« Dans l’environnement arctique, tout est relié », souligne Cameron, « des ours polaires jusqu’aux plus petits insectes. Ce que nous apprenons sur les arthropodes nous aidera à lutter contre les changements climatiques et autres problèmes environnementaux. Nous pourrons utiliser au mieux nos ressources et nos pratiques de gestion et, au bout du compte, faire de meilleures recommandations en matière de conservation à l’avenir. »

Voici le plus récent numéro d’une série de blogues portant sur les questions polaires et la recherche connexe présentée par Canadian Geographic et Savoir polaire Canada, un organisme du gouvernement du Canada qui vise à approfondir les connaissances du Canada relatives à l’Arctique et à fortifier le leadership canadien en ce qui concerne la technologie et la science polaires. Pour en apprendre davantage, visitez canada.ca/fr/savoir-polaire.