Plus de 450 espèces d'oiseaux vivent au Canada, mais le Canada est l'un des rares pays qui ne reconnaissent pas un oiseau national. Canadian Geographic et Études d'Oiseaux Canada espèrent changer cela avec le projet national des oiseaux.

Cet essai plaide en faveur de voter pour le huard. Participez à la discussion sur Twitter en utilisant #CanadaBird! Votez pour votre favori espèces aujourd'hui à Le Projet national des oiseaux.

Par: Doug Tozer, scientifique responsable des programmes pour l’Ontario, Études d’Oiseaux Canada

Les Canadiens sont friands de plein air : pêche, observation d’oiseaux, camping, chasse, randonnée pédestre, navigation de plaisance, canotage, activités au chalet, etc. La nature nous attire tous d’une façon ou d’une autre. C’est difficile à expliquer, mais peut être qu’au fond, l’appréciation et la préservation de nos vastes milieux naturels sont des valeurs profondément canadiennes. Nous sommes peut-être rassurés de voir directement que de grandes étendues de notre magnifique pays sont encore en bon état au delà des centres urbains en expansion et de la pollution qui entourent beaucoup d’entre nous au quotidien.

Nous, Canadiens, sommes tous différents dans nos façons de profiter du plein air, mais un fil conducteur nous unit, un symbole qui — pour nous autant que pour d’autres ailleurs dans le monde — évoque la nature vierge et, par association, les milieux naturels inaltérés de notre pays. Ce fil conducteur, c’est le Plongeon huard, un oiseau maintenant largement reconnu comme un indicateur emblématique de l’état de santé des écosystèmes aquatiques. De mon point de vue, il n’y a pas de meilleure représentation aviaire de l’identité canadienne.

Saviez-vous que 95 % de la population mondiale des Plongeons huards se reproduisent au Canada? L’espèce est présente régulièrement dans l’ensemble des provinces et des territoires. On la voit même sur notre pièce d’un dollar. À peu près n’importe qui reconnaît instantanément et facilement le Plongeon huard.

Le Plongeon huard mène une existence étonnamment mystérieuse et complexe. C’est un fier défenseur de son territoire, ce qui entraîne de violents affrontements, parfois même mortels, entre les mâles. Chaque mâle a son chant propre, qui fournit de l’information aux autres mâles sur son poids et ses prouesses au combat. Un autre comportement fascinant est le rassemblement de nombreux individus, jusqu’à plusieurs douzaines, qui se regardent dans les yeux tout en se déplaçant sur l’eau. Les scientifiques n’ont pas encore pu expliquer ce comportement.

Les Plongeons huards sont faciles à observer, car ils passent le gros de leur temps sur l’eau, au milieu d’une bonne partie des dizaines de milliers de lacs qui parsèment notre territoire, et vocalisent énergiquement. Chaque année, des centaines de citoyens-chercheurs participent à l’Inventaire canadien des Plongeons huards d’Études d’Oiseaux Canada. Ils contribuent au suivi du nombre de nouveau nés, un indicateur de l’ampleur des effets des précipitations acides et de la pollution par le mercure sur l’état de nos lacs, qui constituent un des éléments les plus précieux de notre nature sauvage. Les données recueillies indiquent que le succès de la reproduction des plongeons s’est réduit ces vingt dernières années, mais qu’il demeure assez élevé pour soutenir une population stable.

Le Plongeon huard, cette espèce bien connue et intrigante, symbolise mieux que toute autre la nature sauvage mondialement reconnue du Canada et notre passion pour le plein air. C’est pourquoi il devrait être notre emblème aviaire national.

Doug Tozer, Ph. D., est un observateur d’oiseaux de longue date qui a grandi au cœur du « pays du huard ». Il est scientifique responsable des programmes pour l’Ontario à Études d’Oiseaux Canada, où il coordonne le Programme de surveillance des marais des Grands Lacs et supervise l’exécution de divers autres programmes et de travaux de recherche.