• La participation du Canada à la bataille de l’Atlantique (rehaussée sur cette carte) est considérée comme étant son rôle le plus crucial dans la guerre. (Carte : Chris Brackley/Can Geo)

Lorsque les convois de navires alliés quittaient la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve pour l’Europe pendant la Deuxième Guerre mondiale, il y avait entre eux des milliers de kilomètres d’océan et des U-boot allemands. Les navires de guerre de la Marine royale canadienne escortaient les bateaux de la Marine marchande et les autres transporteurs de troupes, de munitions, de carburant et de fourniture civile et militaire au cours de la bataille de l’Atlantique. Cette lutte multinationale sur les voies maritimes de l’Atlantique a commencé des heures après que la Grande-Bretagne eut déclaré la guerre à l’Allemagne, le 3 septembre 1939. Ce jour-là, un U-boot allemand a coulé le navire de ligne britannique SS Athenia, et la guerre n’a pris fin qu’en 1945. Plus de 8 500 navires ont été détruits et plus de 70 000 victimes alliées ont perdu la vie.

En juin 1944, les Alliés avaient obtenu en grande partie le contrôle de leurs voies de navigation, et bien que les U-boot allemands aient continué de couler des bateaux jusqu’à la fin de la guerre, leur efficacité était réduite. La Marine royale canadienne avait alors évolué au rang de marine de chasse sous-marine la meilleure au monde, un statut qu’elle a maintenu pendant des décennies. Elle a « abattu » son dernier sous-marin de la Deuxième Guerre mondiale il y a 75 ans, le 21 mars 1945, lorsque la frégate New Glasgow a éperonné un U-boot au large des côtes de l’Irlande. Le Jour de la Victoire en Europe est survenu le 8 mai 1945, tandis que la capitulation officielle du Japon et la fin de l’ensemble du conflit ne sont arrivées que le 2 septembre.

La bataille de l’Atlantique a été la plus longue bataille ininterrompue de la Deuxième Guerre mondiale et une dans laquelle le Canada a joué un rôle central. (Carte: Chris Brackley)

La participation du Canada à la bataille de l’Atlantique (rehaussée sur cette carte) est considérée comme son rôle le plus crucial dans la guerre. En comparaison avec les pertes navales et les morts subies par la Grande-Bretagne et l’Allemagne, le bilan du Canada semble modeste : 43 navires de l’alliance de l’Axe détruits, dont plus de 30 U-boot et quelques sous-marins italiens, par rapport à 77 navires de la Marine royale et de la Marine marchande canadiennes perdus et plus de 3 600 Canadiens tués. Mais, sans l’escorte et l’expertise du Canada, beaucoup des 25 343 passages de navires depuis d’Amérique du Nord réalisés entre 1939 et 1945, lesquels transportaient près de 165 millions de tonnes de fournitures essentielles, n’auraient pas abouti, et la guerre aurait bien pu être perdue.

Les données utilisées pour la création de cette carte ont été recueillies par Paul Heersink. Vous pouvez consulter une version interactive d’une carte qu’il a réalisée à bit.ly/CanGeoWWII

Canadian Geographic commémore l’année 2020 est une série d’articles, financée par le gouvernement du Canada, qui souligne des anniversaires marquants d’une grande importance pour l’histoire du pays.