Canadian Geographic
Left navigation image
Contient: Les oiseaux, les chauves-souris et les éoliennes Allez maintenant!

Avec l’expansion du secteur de l’éolien, certains groupes voués à la protection des espèces sauvages craignent que ces structures de grande taille n’entraînent une hausse des mortalités d’oiseaux et de chauves-souris par suite de collisions avec les pales.


Le soleil est la plus abondante source d’énergie de la Terre. Le vent, en tant que phénomène atmosphérique, est simplement de l’énergie solaire sous une forme différente.

La chaleur en provenance du soleil entraîne de la « convection » dans l’atmosphère; cela signifie que l’air chauffé s’élève. Les courants ainsi créés engendrent des zones de haute et de basse pression d’air dans l’atmosphère. Comme on l’explique sur le site de l’Association canadienne de l’énergie éolienne (CanWEA) : « En s’élevant, cet air crée une dépression barométrique que les courants froids environnants s’empressent de combler pour rétablir l’équilibre. » Ces différences de pression horizontales sont à l’origine du vent ambiant et des vents de tempête plus intenses.

Les « vents dominants », pour leur part, sont causés par des différences de température entre les régions polaires de la Terre et ses régions équatoriales, de même que par la rotation de la planète. En fait, l’atmosphère terrestre compte plusieurs couloirs très vastes et stables de vents dominants comme les « vents d’est polaires » et les « alizés » . En Amérique du Nord, l’un des principaux couloirs de vents dominants suit une trajectoire sud-est en forme d’arc depuis le nord des Prairies jusqu’à la région des Grands Lacs et la côte atlantique.

D’autres facteurs influent aussi sur l’énergie éolienne. Les courants atmosphériques se déplacent de façon plus rapide et plus uniforme à haute altitude : songeons au vent fort qui souffle à l’extrémité des gratte-ciel ou au sommet des montagnes. De la même façon, le vent tend à accumuler de l’énergie lorsqu’il souffle sans obstacle sur une grande distance, ce qui explique que les régions très peu accidentées comme les prairies ont tendance à être exposées à des vents intenses.

Toutes ces caractéristiques ont des conséquences sur la façon dont il est possible de capter l’énergie éolienne. Même s’il y a des vents faibles à peu près partout sur la planète, seules certaines régions sont assez venteuses pour que des éoliennes puissent produire des quantités appréciables d’électricité. Au Canada, on retrouve des régions présentant d’excellentes possibilités d’énergie éolienne dans chaque province. Comme l’indique la CanWEA : « Le Canada possède la plus longue côte maritime (243 792 km) et des prairies parmi les plus vastes du monde, ce qui lui confère une ressource éolienne incomparable » .



ADVERTISEMENT


La page suivante :

L’histoire du moulin à vent et de l’éolienne


Pointer disabled  Allez maintenant!
Quiz :

À quelle vitesse de vent une éolienne produite-elle du courant ?

De 15 à 90 km/h
De 30 à 220 km/h
De 5 à 25 km/h